Publié : 3 juin

Christian BORSOTTI

Fondateur de l’association.

Présentation du 1er sculpteur du mouvement LE SENTIMENTALISME.

Démarche artistique.

portrait Christian BORSOTTI -  voir en grand cette image"
portrait Christian BORSOTTI

Je considère ne réellement débuter mon travail qu’en 1994, pourtant ce n’est qu’à partir de 1999 que je trouve mon chemin.

Je ne regrette pas ma création antérieure, qui m’a certainement rendu service dans ce que je devais ne pas faire.

La quasi-totalité de mes réalisations est fondée sur le mouvement du corps féminin, auquel j’associe, parfois et selon les thèmes, un objet concernant la musique, la danse, etc…

Lorsque je traite du couple, le mâle est aussi un objet en regard du positionnement féminin, sa présence venant simplement accompagner l’expression du sujet principal.

Dans ma progression, je découvre que mon travail a trop d’excès et d’opulence, je suis dans une forme exagérément narrative.

Durant ce temps je réalise 4 pièces semi monumentales : Début 1999 à fin 2000.

Fausse Vierge

Bois d’Ébène

Femme Blessée

Double Face

Qui bien qu’épurées, ne sont que trop proches du « déjà-vu ».

C’est alors que je reviens à des dimensions plus restreintes, je produis ainsi 11 pièces durant l’année 2001.

1°) Travail sur le Couple

Le Baiser

Enlacements

Complicité

2°) Travail sur la Femme

Offrande

Généreuse

Maternité

3°) Travail sur la dénaturation de la Naissance

Naissance I

Naissance II

Naissance III

4°) Travail de compromis (hybridations)

Sirène

Vagues

Par ma recherche, je commence à percevoir ce que j’aimerais obtenir. Je tends de plus en plus à décoller le sujet du socle, je veux émaner le plus de légèreté possible, en isolant ces deux éléments, tout en essayant de leur conférer une corrélation. Pourtant, par les contraintes mécaniques, je ne peux faire plus d’espace entre chaque et trouve que ce travail est encore trop lourd.

J’imagine, alors, une pièce (dont la maquette est réalisée), qui serait en lévitation. Renseignements pris auprès d’ingénieurs de l’INSA, l’idée est jouable mais non réalisable actuellement.

Puisque je ne peux à ce moment séparer le mouvement de son support, je commence à réfléchir sur le vide, non comme lieu mais comme perception. Pour cette démarche je dessine, d’après modèle, des poses sur des thèmes différents. Ces séances sont tout d’abord la prise du mouvement dans un esprit réaliste, puis reprenant les différents angles, je me mets à dessiner en oubliant volontairement quelques parties du corps, tout en respectant l’implantation myologique.

J’arrive peu à peu à débarrasser mon travail du « trop ».

Tout en érodant le modèle et relater les formes sans les narrer, je me trouve à la limite abstractive.

Ainsi naissent entre 2001 et 2005 à nouveau des pièces de grande taille :

Femme Objet Complexe

Accouchement

Géométrie de la Blessure

Violon Dingue

En 2006, pour la Gendarmerie Nationale, dans le cadre de sa Biennale, je crée un être hybride entre : cheval et moto, dans le même esprit.

Je travaille actuellement à la réalisation d’une pièce traitant du SIDA, qui sera proposée à l’association : Sidaction, pour leur émission annuelle télévisée, en avril 2007, cette pièce vendue à l’association et sera mise en vente aux enchères durant cette manifestation.

Ce qui me fait dire aujourd’hui : je ne cherche pas à intégrer un volume dans l’espace, mais son contraire : faire circuler l’espace dans le volume.

SIDAMOUR - GIF - 30.6 ko
SIDAMOUR

L’esprit donné à mon travail m’a été enseigné par de grands Maîtres :

Landowski : par l’extrême légèreté (à la limite de la rupture) dans certaines de ses créations.

Rodin : par quelques parties de son testament artistique.

Giacometti : par son humilité et son génie.

J’ai bu à la fontaine de leurs pensées et d’autres encore, ce n’est là que le seul (mais riche) enseignement sculptural dont j’ai bénéficié.

Borsotti


Prix décernés BORSOTTI -  PDF - 147 ko"
Prix décernés BORSOTTI
Texte de Béatrice OBERGFELL -  PDF - 4.2 ko"
Texte de Béatrice OBERGFELL
sur les œuvres de BORSOTTI.